Bonnes adressesProductions wallonnesNutritionQualité identifiéePédagogiqueProgrammes jeunessePresse
Vous êtes ici : Productions wallonnesLa viande bovineSécurité

Sécurité alimentaire

Un système d´identification et d´enregistrement des bovins 

Le principe

Afin d´assurer un contrôle efficace sur la qualité de la viande bovine, il est impératif d´identifier et d´enregistrer les bovins, les exploitations et les personnes actives dans la filière de production.

C´est pourquoi la Belgique a élaboré, dès 1988, un système informatique appelé SANITEL. Il vise à gérer en permanence l´inventaire des animaux en tenant compte de leurs entrées et sorties dans chaque troupeau. Il donne une image fidèle de la composition des cheptels, de la répartition des différentes espèces et peut retracer les mouvements des animaux depuis la naissance jusqu´au point de distribution de la viande.

Le système SANITEL s´appuie sur deux outils pour garantir une production animale optimale : 

  • le marquage auriculaire
  • le document d´identification.

Les objectifs

Les objectifs de SANITEL concernent particulièrement la santé animale, mais aussi tout ce qui concerne l´élevage et la qualité du produit (aspects zootechniques).

La mise en place de l´identification des animaux et sa gestion automatisée aident les autorités chargées du contrôle à retracer l´origine des animaux ou de leurs produits, notamment lorsqu´ils sont contaminés par des agents toxiques ou infectieux.

Cela implique de nombreux contrôles effectués tout au long de la filière. Ces contrôles concernent aussi bien la production que la transformation et la commercialisation de la viande. Ils ont pour objectif de vérifier l´absence de résidus, de substances nuisibles et d´agents pathogènes dans les produits d´origine animale. Il faut qu´à tout moment une relation puisse être établie entre l´animal, ses produits et sa provenance.

En conclusion

Le système SANITEL permet d´exercer, de manière précise et rapide, les contrôles prescrits dans le cadre de la réglementation européenne. Il constitue un outil efficace dans le cadre de la réalisation du marché unique. Ce système est sans aucun doute un des piliers de la libre circulation des animaux et de leurs produits.

La pilothèque

Le principe

La constitution en Wallonie d´une pilothèque, ou banque de poils de référence, va permettre d´assurer l´identification des bovins et la traçabilité de leurs produits dérivés.

Ce système fonctionne sur base volontaire et permet de renforcer le système SANITEL par la méthode des empreintes génétiques. L´éleveur qui le souhaite prélève des poils du veau qui vient de naître et des poils de sa mère. Ces poils sont stockés au dos du passeport du jeune animal. Le système SANITEL enregistre cette action.

La Filière Bovine

Le contrôle

Créée par la loi du 4 février 2000, l´Agence fédérale pour la sécurité de la chaîne alimentaire (AFSCA) a été mise en place dans le but de regrouper en une seule structure les différents services de contrôle de la chaîne alimentaire répartis jusque-là entre le ministère de la Santé publique et celui de l´Agriculture. L´AFSCA s´est vue assigner une double mission :

  • l´analyse des risques liés à l´alimentation
  • le contrôle de la chaîne alimentaire dans sa totalité, des matières premières jusqu´à l´assiette du consommateur.

Dans les autres Etats membres de l´Union européenne, des systèmes identiques sont installés. 
 


schéma de contrôle

L´étiquetage

Pour permettre une traçabilité maximale, la Belgique élabore actuellement un système d´étiquetage qui sera obligatoire. Ce système débutera à l´abattoir, se poursuivra à l´atelier de découpe pour s´achever au point de vente. Ainsi le consommateur, lors d´un achat de viande, pourra connaître l´origine de la viande (où et quand elle a été abattue).

Le bien-être des bovins

L´alimentation

Afin de permettre aux bovins de révéler au mieux leurs potentialités génétiques, il faut leur assurer une alimentation optimale, c´est-à-dire des rations adaptées, composées d´ensilage de maïs, de pulpes de betteraves et d´aliments concentrés d´origine végétale (pulpes séchées, tourteaux de soja ou de lin, drêches de brasserie,...).
Depuis le 1er janvier 2000, le programme Consum (Contaminant Surveillance Système) permet de détecter, de manière précoce, les contaminants dans l´alimentation du bétail afin de réagir de manière rapide et efficace lors d´une contamination. Ce programme a été mis en place suite à la crise de la dioxine. Il faut souligner que l´utilisation de farines d´origine animale pour l´alimentation des bovins est interdite en Belgique depuis 1994.

Le logement

Les bovins destinés à l´élevage ou à l´engraissement sont généralement hébergés dans des boxes, en groupes d´individus de même sexe et de même âge. Afin de limiter le stress, il est recommandé de prévoir une surface d´au minimum 0,75 m²/100 kg de poids vif.

L´élevage sur sol paillé avec une zone bétonnée en avant est recommandée. Elle permet aux animaux de se reposer sur un sol paillé et l´usure naturelle des onglons est assurée par les déplacements sur l´aire bétonnée.

En été, les animaux séjournent en prairie.

La césarienne

La césarienne est pratiquée à la ferme par le vétérinaire au stade précoce de l´accouchement. Celle-ci permet d´assurer le maximum de confort pour la vache et le veau. L´intervention se fait d´office et non plus à l´issue d´attentes et de souffrances animales.

En Belgique, la pratique de la césarienne ne soulève aucun problème éthique puisqu´elle va dans le sens d´un plus grand bien-être de l´animal.